Robert de Molesme
Le prénom « Robert » vient du germain Hrodoberhto (gloire illustre). Il est fêté le 30 avril.


Robert de Molesme naît en Champagne vers 1025. Il entre à l’abbaye bénédictine de Moûtier-la-Celle, près de Troyes, puis devient prieur du monastère de Saint –Michel de Tonnerre.


L'aventure cistercienne commence en 1075 avec la fondation de l'abbaye de Molesme par saint Robert, aidé des libéralités de Rainard Hugues et de Hugues de Merlennac, qui céda un terrain pour y construire l'établissement. Il en devient le prieur. Pétri de l'idéal de restauration du monachisme tel que saint Benoît l'avait institué, il quitte son prieuré en 1075 pour s'établir, avec sept ermites installés dans la forêt de Collan près de Tonnerre, dans le lieu-dit de Molesme. 


Vivant dans le plus grand dénuement, dans des abris constitués de branchages, le groupe adopte des règles de vie proches de celles des Camaldules, alliant la vie commune de travail et de l'office bénédictin à l'érémitisme. En quelques années, la nouvelle abbaye attire de nombreux visiteurs et donateurs, religieux et laïcs, qui assez rapidement en modifient la nature. Une quinzaine d'années après sa fondation, Molesme possède une église magnifique et des bâtiments monastiques. Dans ce nouveau contexte, les exigences de Robert sont mal acceptées. Des divisions surviennent au sein de la communauté. Sachant qu'il ne parviendra pas à satisfaire son idéal de solitude et de pauvreté dans le climat de Molesme où s'opposent les partisans de la tradition et ceux du renouveau, Robert, avec l'autorisation du légat du pape Hugues de Die, accepte le lieu solitaire situé dans la forêt marécageuse du bas-pays dijonnais que lui proposent le duc de Bourgogne Eudes Ier et les vicomtes de Beaune, pour se retirer et pratiquer avec la plus grande austérité la règle de saint Benoît. Albéric et Étienne Harding, ainsi que vingt-et-un moines fervents, l'accompagnent dans ce lieu où ils s'installent le 21 mars 1098, pour y fonder ce qui deviendra l'abbaye de Cîteaux.


Au bout d'un an cependant, les moines de Molesme demandent au pape Urbain II d'intervenir auprès de Robert pour qu'il revienne les guider. Il revient à Molesme en 1100 et y meurt le 17 avril 1111. En 1154, Hugues archevêque de Sens confirme tous les dons faits à ce monastère par ses prédécesseurs. Après Cîteaux, l'abbaye de Molesme a fondé plusieurs autres monastères, en France, en Angleterre, en Suisse et en Belgique.

Robert de Molesme devient le premier abbé d’un monastère qui est fondé à Cîteaux, au sud de Dijon. Lassé de l’inconstance du moine, le Saint-Siège lui demande de regagner Molesme. Cependant l’ordre cistercien, « Cîteaux » devient la maison mère d’un nouvel élan monastique d’où part une réforme qui va puissamment contribuer au renouveau de la foi catholique. Robert meurt en 1130. 

 Robert de M                                                                                                                                                                            La minie série